4emes jeux olympiques des jeunes : Et si l’Afrique était l’hôte en 2020 ?

3

Sauf revirement spectaculaire, l’Afrique doit tirer profit du nouveau mode de désignation qui va dorénavant reposer sur l’utilisation de la manifestation comme un catalyseur, pour des programmes sportifs plus vastes destinés à la jeunesse. Le président du CIO, Thomas Bach cité par la revue annuelle de l’organisation sportive planétaire estime en effet que l’Afrique est la terre natale de nombreux grands athlètes olympiques. Une assertion partagée par le reste du directoire, partant du fait qu’il s’agit d’une approche ciblée, dans le droit fil du principe adopté par la dernière session en 2016. Une réunion qui avait notamment retenu une formule de désignation davantage portée vers l’émulation, au détriment d’un processus qui repose sur la compétition.

Les quatrièmes jeux olympiques des jeunes (JOJ) vont réunir les jeunes de plusieurs pays dans 34 disciplines. Les pictogrammes représentant la silhouette d’un athlète en pleine action viennent d’être rendus publics. 23 sportifs ont enlevé 29 médailles dans 12 épreuves lors des derniers jeux olympiques d’hiver auxquels étaient couplés les troisièmes JOJ, du 9 au 25 février dernier à Pyeongchang en Corée du sud. La Zambie a d’ailleurs remporté une victoire inattendue mais fort méritée sur piste grâce à Sydney Siame.

Le Gabon pour sa part doit se remettre à l’ouvrage et le rendez-vous de la capitale lesothane pourra ainsi conforter les progrès qui découleraient essentiellement, de l’octroi des bourses olympiques et depuis des décennies. Le bilan est mitigé, si l’on exclu des succès obtenus par quelques individualités en athlétisme, en boxe puis en taekwondo. Vivement l’application des conclusions de dernières assises sur les sports. L’improvisation et le mercantilisme n’ont que trop duré. Les derniers propos du champion de monde de boxe Taylor Mabika, à la suite du récent coup de gueule d’Antony Obame sonnent comme le glas d’un immobilisme perpétuel, que l’élimination des Panthèraux pour la phase finale de la CAN des moins de 20 ans illustre plus qu’hier.

PB

Source : Gaboneco

Gaboneco