Accueil Politique Jean Gaspard Ntoutoume Ayi : «Nous avons besoin d’une majorité pour diriger...

Jean Gaspard Ntoutoume Ayi : «Nous avons besoin d’une majorité pour diriger le pays»

3

Situé dans le 2e arrondissement de la commune d’Akanda, le quartier Amissa a reçu, le 3 octobre, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi dans le cadre de la campagne électorale en vue des prochaines élections. Candidat de la coalition RHM-UN, il a présenté l’importance d’une majorité de l’opposition à l’Assemblée nationale.

 

À l’instar des autres candidats briguant un mandat de député ou de conseiller municipal ou départemental, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi est passé à la vitesse supérieure à 72 heures de la fin de la compagne électorale. Le 3 octobre, le candidat de la coalition Rassemblement héritage et modernité – Union nationale (RHM-UN) a sillonné plusieurs quartiers de sa circonscription électorale, dont Amissa.  Objectif : mieux s’imprégner des réalités de ses futurs administrés.

Une visite de la localité lui ayant a permis d’envisager d’octroyer des titres fonciers aux propriétaires de lopins de terre. «Des compatriotes ont dépensé d’énormes moyens pour bâtir leurs maisons sur des terrains marécageux. Il est donc inacceptable que ces derniers perdent leurs terres, au profit de certains individus. C’est pourquoi, une fois que nous serons à la mairie, nous allons tout mettre en œuvre afin de permettre à chaque habitant d’obtenir son titre foncier», a déclaré Jean Gaspard Ntoutoume Ayi.

Comme d’autres villes du pays, la jeune commune d’Akanda souffre de plusieurs maux : problème d’adduction d’eau, absence d’électricité, des routes, d’écoles et autres. Conscient du rôle qu’il devrait jouer en tant que député, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi a dit vouloir tout faire pour que l’Etat fasse son travail. «Si l’état ne peut pas le faire, nous allons faire appel aux partenaires étrangers qui viendront construire ces biens pour le pays».

Au cours de son avant dernier meeting de campagne, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi a précisé la nécessité, pour l’opposition, d’avoir une majorité à l’Assemblée nationale. Car, a-t-il expliqué, «cela nous permettra de mieux gérer le pays. Pour nommer un Premier ministre, le pouvoir devrait nous associer. Le Premier ministre devrait nommer des femmes et des hommes de notre camp. Nous aurons donc la possibilité de gérer les actions du gouvernement et de l’exécutif. Et ce sera fini la gabegie».

Revenant au vote du 6 octobre prochain, Jeanne Marie Amboye Ndouna, la suppléante de Jean Gaspard Ntouttoume Ayi, a interpelé les uns et les autres sur la nécessité de récupérer leur carte d’électeur. «Si vous ne le faites pas, vous laissez à nouveau nos adversaires aux commandes de notre commune. Vous devez voter parce qu’ils ont échoué.  Ne nous amusons pas, il va de l’avenir de notre pays», a-t-elle laissé comprendre. Le dernier meeting de campagne du duo est prévu le 5 octobre au quartier Beaulieu, dans le 2e arrondissement d’Akanda.

Source : GabonReview

GabonReview