Le « Collectif Assainir la Presse » plaide pour une presse crédible et responsable

3

Réuni à Dakar ce samedi 12 mai 2018 des professionnels de media ont tenu une série d’échange sur la situation alarmante de la presse Sénégalaise.

Communiqué à Télécharger Ici  Format Word                             Format PDF

Issu des grandes écoles, universités et de la formation rampante la Presse Sénégalaise a toujours regorgée d’excellents journalistes qui ont fait la fierté du pays et même cités en exemple dans la sous-région.

Imbus de cette sagesse : « la conscience professionnelle, c’est de choisir le métier que l’on aime», ces professionnels de l’information et de la communication ont toujours contribué à toutes les luttes avant et après l’indépendance.

Fidèles à l’éthique et à la déontologie de leur métier, ces professionnels de l’information et de la communication se sont toujours battus pour que cette noble mission consistant à informer et éveiller les consciences soit respectée.

Depuis quelques années nous constatons tous avec regret les dérives dans la pratique du métier.

On ne sait plus qui est journaliste ou qui ne l’est pas. Le journalisme est devenu infesté par des corps étrangers. Il est devenu, au Sénégal, un métier qui ne nécessite, ni étude ni apprentissage.

Les symptômes les plus visibles sont :

  • Le trop de laisser aller (usurpation de fonction, d’identité, chantage abus de confiance entre autres).
  • Exigence de perdiem érigée en règle (Agression des organisateurs au nom de la presse, harcèlement et insulte) et d’autres dérives sur lesquelles nous reviendrons plus amplement au cours de nos prochaines

Conscient de la gravité de ces dérives qui ternissent l’image de cette noble profession, des professionnelles de l’information et de la communication décident d’engager la lutte pour restaurer les valeurs fondamentales de la presse Sénégalaise.

C’est ainsi que regroupé au sein du Collectif Assainir la Presse, (CAP) ils se sont assignés les missions suivantes :

  • Porter à l’attention des autorités étatiques, des ONG, des organisations internationales, les représentations diplomatiques, et l’opinion nationale et internationale sur les pratiques malsaines des faux
  • Combattre l’usurpation de fonction dans le secteur de la presse
  • Faire le plaidoyer pour l’application effective de la loi portant le code de la presse
  • Etc

Car, il est temps de mettre fin à cette situation qui décrédibilise davantage la presse sénégalaise.

Le Collectif Assainir la Presse (CAP) se veut un cadre d’échange et de partage ouvert à tous les professionnels de l’information et de la communication pour mettre en terme à certaines pratiques qui ne collent pas du tout avec le métier de journaliste.

Le CAP ne vient pas non plus concurrencer les structures existantes regroupant des journalistes ou hommes de média. Il pense pouvoir contribuer à la lutte pour la revalorisation du métier de journaliste.

Communiqué à Télécharger Ici 

Format Word                             Format PDF

Source : Kafunel

Kafunel