Masse salariale : Près de 200 milliards de francs au 1er trimestre

4

Selon la direction générale du Budget et des Finances publiques (DGBFIP), en fin mars 2018, la masse salariale du secteur public s’est établie à 199,7 milliards de francs CFA. Soit une hausse de 14,1% par rapport à l’année précédente à la même période.

 

Ce serait une des principales raisons ayant conduit à l’annonce des mesures visant, entre autres, la réduction du train de vie de l’Etat : la masse salariale du secteur public n’a pas cessé d’augmenter ces dernières années. En fin mars, selon les chiffres de la DGBFIP relayés ce mardi par le site Directinfosgabon.com, les traitements et salaires des agents publics ont atteint un montant global de 199,7 milliards de francs CFA. L’année précédente, à la même période, ils s’étaient établis à 174,4 milliards de francs. La DGBFIP évoque une hausse de 14,1%, qui ne tient pas compte des collectivités locales.

L’administration dirigée par Fabrice Andjoua Bongo Ondimba y voit une conséquence de la hausse des rémunérations de la main d’œuvre non permanente, établies à 34,5 milliards de francs au 1er trimestre 2018, alors qu’elles étaient de 12,9 milliards de francs en 2017 à la même période. La DGBFIP note donc une hausse de 167,4%, en dépit d’une quasi-stabilité de la solde permanente (de 161,5 à 162 milliards de francs) manifestée par le gel des effectifs et quelques remplacements des agents admis à la retraite.

En lançant, en juillet, l’opération de mise sous bons de caisse des fonctionnaires, le gouvernement espère régler définitivement la question de la hausse de la masse salariale. Les autorités gabonaises envisagent, en effet, de passer d’une masse salariale estimée chaque année à plus de 700 milliards de francs à 400 milliards. Rien de plus difficile. Une partie des organisations syndicales du secteur public et parapublic du pays n’entend pas laisser faire.

Source : GabonReview

GabonReview